All posts by Philippe Agnelli

Entrepreneur Performant

Les 6 principes de l’entrepreneur efficace

Pour être un entrepreneur à succès, il faut être un entrepreneur efficace. Et pour être un entrepreneur efficace, il faut être un homme ou une femme en pleine santé et bourré(e) d'énergie !

Pour cela, nous allons vous donner 6 challenges personnels afin d'y arriver. Et n'oubliez pas : l'esprit ne suffit pas, il faut aussi passer Ă  l'action... "Faire est plus important que lire" (sauf pour nos articles ;-))

Voici les 6 points auxquels j’attache une importance capitale dans ma journée d'entrepreneur.


1- Bien DORMIR !

En premier et depuis l'âge de mes 20 ans, donc bien avant que cela devienne "SMART" ou que le sujet soit à la mode, j'ai toujours considéré que le sommeil était un facteur clé de ma forme physique et mental, de mon dynamisme et de mon optimisme.

Couchez-vous tôt et levez-vous tôt ne fonctionne pas pour tous le monde. Il faut savoir que certains d'entre nous sont plutôt "du soir" et d'autres "du matin". Peu importe, travaillez et soyez productif et créatif quand vous vous sentez le plus efficace. Par contre, offrez-vous entre 8h à 9h de vrai bon sommeil par nuit.

Livre conseillé : Why We Sleep de Matthew R. WALKER

2- Bien MANGER

Il n'y a pas de hasard si Hippocrate, le père de la médecine, affirme : "Que ton aliment soit ta seule médecine" (NDLR: Il y a plusieurs version de cette affirmation mais le sens reste le même.)

Ayez bien conscience qu’après une bonne nuit de sommeil réparateur, vous allez tirer l’énergie nécessaire pour votre journée dans ce que vous mangez !

Il n'y a pas de régime particulier à faire, utilisez votre bon sens ! Manger sainement est aujourd'hui à la porté de tous. Un petit déjeuner fortifiant qui tient au ventre, des fibres, des protéines, des fruits...

Un déjeuner équilibré : à l'heure du déjeuner, ce n'est pas toujours facile de respecter le code de conduite que l'on s'est fixé. On se prépare rapidement quelque chose le matin, on part acheter un sandwich ou on déjeune au restaurant... Essayez tant bien que mal de maintenir un cap. Un conseil, même si vous êtes gourmand, diminuez les desserts (le sucre est votre pire ennemie), remplacez-les par des fruits par exemple.

Au dîner, profitez du calme de la maison (tout est relatif si vous avez des enfants, ou si vous êtes en déplacement). Mangez léger, pensez que votre sommeil peut pâtir d'une alimentation trop lourde ou trop sucrée.

3- Bouger faire du sport

Maintenant que vous avez un corps (et un esprit) bien reposé et bien nourri, pourquoi ne pas en profiter pour vous mettre en mouvement ? Choisissez le sport qui vous convient le mieux : la course à pied, la natation, la salle de fitness, les sports collectifs...

Votre esprit sera Ă  l'image de votre corps. Mettez-vous en action et votre esprit sera aussi vif que vous !

When your body move, your brain groove ! (quand votre corps est en mouvement, votre cerveau groove.. bon ça sonne quand même mieux en anglais là...)

Essayez d'être régulier. Pour ma part, j'aime bien skier, mais tous les matins, avant d'aller au bureau, ce n'est pas très pratique. La natation étant contraignante, j'ai opté pour une salle de fitness sur le chemin du bureau. Mon autodiscipline me permet d'y aller 3 à 4 fois par semaine.

L'objectif n'est pas de devenir un(e) athlète de haut niveau mais de pratiquer une activité sportive, plaisante et bénéfique pour votre santé.

4- Apprendre


En tant qu'entrepreneur, vous avez surement soit l'envie (c'est mon cas) soit la nĂ©cessitĂ© d’apprendre de nouvelles compĂ©tences. 

Lisez des livres autres que des fictions. Les choix sont infinis en fonction de vos centres d’intérêts du moment. Renseignez-vous auprès des experts de votre domaine pour sélectionner les meilleurs livres pour entrepreneurs. (NDLR: nous vous proposerons bientôt notre sélection)

Pensez aussi au webinar et formations en ligne. Les TEDx et autres podcast sont très facilement écoutables lors de vos trajets ou à la salle de sport (cf plus haut 🙂 ).

5- RĂ©apprenez Ă  Respirer


On le fait tellement machinalement que l'on oublie à quel point il est important de respirer ! Une grande respiration d'air frais (pas simple quand on est en centre ville...) va immédiatement vous faire du bien.

Essayez maintenant : prenez une grande respiration par le nez, gonflez vos poumons, puis expirez doucement par la bouche. Répétez cela 3 fois. Vous sentez que votre corps se détend un peu, se re-concentre... Pensez à réitérer l'exercice plusieurs fois par jour.

Il  vous faut un dĂ©clencheur (quelque chose qui vous fasse penser Ă  respirer profondĂ©ment. Pour ma part, c'est dès que je prends mon scooter. Mais cela peut ĂŞtre pour vous a chaque fois que vous prenez votre voiture (si vous ĂŞtes commercial) Ă  la machine Ă  cafĂ© (Ă  thĂ© serait mieux).

6- Pensez à déconnecter du monde digital


Depuis que les smartphones ont amenĂ© internet dans notre poche, nous avons du mal Ă  dĂ©connecter ! Certains sont mĂŞme accros Ă  cet objet et au activitĂ© qu'il nous permet de faire : lire vos mails, Ă©couter de la musique, Ă©couter un podcast, suivre les rĂ©seaux sociaux, jouer, lire.... Bref, les applications sont infinies, mais pas votre temps !   

Bonus : pas de TV 

Je sais qu'il peut être agréable de se poser devant la TV tous les soirs en rentrant du travail et le week-end... Mais essayez de garder ces moments rares pour les apprécier d'autant plus.

De mon cotĂ©, je suis un peu extrĂ©miste puisque je ne regarde quasiment jamais la TV. Je pourrais aussi jeter mon canapĂ©, je ne m'y assoie jamais ! Bref 1h ou 2h de tĂ©lĂ©vision par soir c'est 14h Ă  16h de perdues... presque 2 jours de travail par semaine... Ă€ mĂ©diter ! 


Comment tenir ses bonnes résolutions

Il est de tradition en dĂ©but d’annĂ©e, de prendre « de bonnes rĂ©solutions » pour l'annĂ©e qui arrive. 

Cette décision est louable, mais très souvent après quelques semaines, ces bonnes résolutions ont disparues et pire vous ne vous souvenez même plus de vos « bonnes résolutions » de l’année précédente !

Dans cet article, nous allons voir comment poser et tenir vos bonnes résolutions afin qu’elles deviennent réalité.

Fixez vous des objectifs plutôt que des "bonnes résolutions" !


Tout d’abord, le mot « bonne résolutions » raisonne comme une mode de fin d’année. Le soir du réveillon, après avoir bien mangé et bien bu, à moitié endormi vers 4h du matin, vous fixons les bonnes résolutions pour l’année qui s’annonce !

Si je vous dis maintenant qu’il faut remplacer les mots « bonnes résolutions » par « objectifs », vous comprenez que le soir du 31 n’est pas le meilleur moment pour cela.

Afin de vous fixer les bons objectifs, il va falloir se poser quelques questions de base :

  • Savez-vous ce que vous souhaitez vraiment rĂ©aliser ?
  • Pourquoi souhaitez-vous arriver Ă  cet objectif ?
  • Voulez-vous un rĂ©el changement ?

Se fixer un objectif ne doit pas être un effet de mode. Vous devez vraiment désirer les résultats escomptés. Lorsque vous pensez à ce que peut vous apporter la réalisation de votre objectif, vous devez être motivé ! Réaliser vos objectifs doit vous faire bondir du lit le matin et vous porter pendant la journée.


Pensez qu’un objectif est un rêve avec une échéance.


DĂ©finir et comprendre votre pourquoi.


Comme le décrit si bien Simon Sinek dans son livre « Start With Why » (« Commencez par votre Pourquoi »), il est essentiel de bien connaitre les raisons qui vous poussent vers vos objectifs.

Pourquoi souhaitez-vous atteindre cet objectif ? Qu'est-ce que cela va vous apporter ?


Posez vos objectifs sur un papier.


Il est important d'écrire vos objectifs pas simplement dans un fichier texte sur votre ordinateur ou votre téléphone, mais de les écrire sur un papier, un cahier ou dans votre agenda.


Vous devez pouvoir, rapidement, fréquemment et facilement visualiser vos objectifs.

Posez-les sur une feuille proche de votre bureau, sur votre frigo, dans votre voiture. Pour que vous et les personnes qui vous entourent puissent les voir régulièrement. Utilisez votre entourage pour vous aider.

Fixez vous des objectifs clairs et mesurables : 

Eviter les objectifs flous comme : "gagner plus d’argent", "perdre du poids", "prendre de l'assurance", "s’amĂ©liorer au sport ou au théâtre". 

Utilisez des métriques faciles à visualiser et à suivre avec une échéance : "gagner 1000€ de plus d'ici 6 mois", " perdre 5kg d'ici le 1er Juin", " réaliser 100kg au développé-couché" , "courir 10km en 40 minutes", "participer à une pièce de théâtre".

Mettez en place les actions et les étapes qui vont vous mener jusqu’à la réalisation de vos objectifs.

Un objectif ambitieux devra être décomposé en sous-objectifs plus facile à attendre. C’est bien de se fixer des objectifs ambitieux mais vous réussirez à les attendre beaucoup plus facilement si vous les décomposez en étapes. Le tour de France cyclisme ne se fait pas en une seul fois ! il y a un grand nombre d’étapes, certaines plus simples que d’autres, et de temps en temps des journées de repos ! Mais l’objectif de l’arrivée sur les champs Elysées est dans la tête de tous les participants.

Comme nous l'avons vu, il est important de pouvoir mesurer vos progrès : « Le bonheur est dans la progression ».

Fixez-vous donc à l’avance des jours où vous allez faire le point sur votre avancement. Quel projet est en avance ? Quel projet n’arrive pas à démarrer ou à avancer ?

J’utilise pour cela un outil qui va modifier le continuum espace-temps ... en permettant de m’envoyer un email à moi même dans le futur !

Ainsi par exemple, je m’envoie, en dĂ©but d’annĂ©e ou en dĂ©but de projet, des mails Ă  des dates importantes sur mon planning d’avancement. J’y dĂ©cris mon Ă©tat actuel et lĂ  oĂą je dois ĂŞtre au moment oĂą je vais recevoir mon email. Essayez c’est très surprenant, amusant et motivant. 

Site www.futurme.org

Conseils : N’ayez pas peur d’annuler ou de décaler un objectif afin de mieux en réaliser un autre. Votre plan de départ doit pouvoir vous permettre de changer de plan si nécessaire.

Et n’oubliez pas de garder le rythme et de toujours continuer d’avancer...

Celui qui avance lentement va toujours plus vite et plus loin que celui qui s’arrête.
>